Soins non programmés

Des généralistes ont déjà pris les choses en main Abonné

Publié le 18/05/2018
Des généralistes ont déjà pris les choses en main

Soins non programmés
Myadria / Adobestock

L’hiver dernier, au moment de l’épidémie de grippe, Agnès Buzyn affirmait que l’organisation actuelle ne permettait pas de prendre en charge assez efficacement les demandes de soins non programmés. Elle laissait entendre que les horaires d’ouverture des cabinets médicaux posaient problème. Quelques semaines plus tôt, c’est la Cour des comptes qui tirait à boulets rouges sur les professionnels libéraux, dans son rapport sur l’avenir de l’Assurance maladie. Les sages regrettaient « l’insuffisante disponibilité des médecins, en particulier tôt le matin ou en soirée, ou pour des rendez-vous non…

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte