Témoignage (1)

Départ « en catastrophe », mais salvateur pour le Dr E.  Abonné

Publié le 20/06/2014

Les journées du Dr E. commençaient toutes de la même façon. Par une barrette de Lexomil avalée avec un verre d’eau. « Beaucoup se mettent à l’alcool », raconte-t-il, l’air de révéler un secret de polichinelle. « Moi, c’était ça. » Malgré son malaise, impossible de s’arrêter. Les anxiolytiques deviennent alors son seul rempart contre la souffrance. Et cela pendant deux ans. Le temps qu’il lui a fallu pour refaire surface. « Chaque matin, aller au cabinet était une torture, je me faisais violence. »

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte