Zéro installation de généralistes à Paris en 2014, la mairie lance un plan d’actions

Publié le 17/10/2014

Crédit photo : GARO/PHANIE

La maire de Paris, Anne Hidalgo (PS), souhaite favoriser l'installation d'équipes de professionnels de santé en secteur 1 en leur proposant des locaux à prix réduit, selon une communication qu'elle exposera devant le Conseil de Paris lundi. L'offre de soins ambulatoires pourrait en effet diminuer de façon «préoccupante» dans les années à venir à Paris en raison du «vieillissement des professionnels» et du «déficit de nouvelles installations«, y explique-t-elle. «Les projections à cinq ans soulignent (...) que certains arrondissements pourraient perdre jusqu'à 50 voire 60% de leurs généralistes en secteur 1», précise Anne Hidalgo.

Sur l'ensemble du territoire parisien, la moyenne d'âge des médecins généralistes est de 56,2 ans et 36% d'entre eux ont plus de 60 ans. Dans le même temps, les nouvelles installations se font rares. «Aucune installation en médecine générale libérale n'a ainsi été relevée au premier semestre 2014 à Paris, d'après les données communiquées par le Conseil départemental de l'Ordre des médecins». C'est pourquoi la Ville entend mobiliser des locaux au sein du parc social pour «faciliter l'installation de nouveaux professionnels de santé de proximité en cabinets regroupés». En contrepartie, les professionnels devront s'engager à s'implanter localement dans la durée (via des baux de 9 ans), et à mener des actions de santé publique sur le territoire parisien.

Ce n’est pas la première fois que la ville de Paris prend des initatives en matière de démographie médicale. Le projet associe la Ville, l'Agence régionale de santé (ARS), la Cpam, la région et le Conseil de l'Ordre qui «travaillent collectivement depuis le début de l'été». «Ensemble nous oeuvrons à mettre à jour la cartographie des zones déficitaires, à coordonner les dispositifs d'aide et de soutien institutionnels et à mettre en place un guichet unique pour les professionnels souhaitant s'installer à Paris», développe la maire.

Le dispositif devrait être adopté par le Conseil de Paris en mars pour être opérationnel dès le premier semestre 2015. Parallèlement, la Ville poursuivra son action pour renforcer l'offre existante en centres de santé (généralisation de l'ouverture jusqu'à 19h dans les 6 centres municipaux), et pour accompagner les projets de Maisons de santé pluriprofessionnelles (aide à l'identification de locaux, soutien à l'investissement, appui méthodologique). Trois millions d'euros seront consacrés à ces différentes politiques au cours de la mandature (+50% par rapport à la précédente).

De leur côté, l’ARS et l’URPS Ile-de-France présenteront mardi un bilan du plan sur l’offre de soins qu’elles ont lancé il y a deux ans. Et elles signeront le 21 octobre 2014 de nouveaux contrats pluriannuels d’objectifs et de moyens prolongeant pour deux ans leur partenariat 2012-2014.


Source : legeneraliste.fr