Travailler en coordination interpro, oui mais comment ?

Publié le 25/10/2019
Équipes de soins primaires, plateformes territoriales d'appui, CPTS... De nombreux dispositifs de coordination interprofessionnelle se sont développés ces dernières années. Intégrer ces organisations peut apporter une aide précieuse au généraliste qui s’installe, pour la prise en charge des pathologies chroniques notamment. Tour d'horizon de ces nouvelles formes de coopération.
Réunion

Réunion
Crédit photo : BURGER/PHANIE

« Même s’il exerce dans un cabinet en solo, le médecin généraliste est rarement complètement isolé. Il est en contact avec le pharmacien ou l’infirmier par exemple, observe le Dr Mickael Riahi, généraliste et coordinateur du pôle santé Villaumed à Paris (19e). Ce qui est nouveau, c’est la formalisation de ces coopérations. » De nombreux dispositifs ont émergé ces dernières années pour faciliter la coordination entre professionnels de santé.

Des dispositifs pour chaque besoin

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)