Zones blanches, ces jeunes qui ont osé s’y installer !

Sept jeunes expliquent pourquoi ils ont choisi les déserts médicaux Abonné

Publié le 26/09/2014
Sept jeunes expliquent pourquoi ils ont choisi les déserts médicaux


STEVE ALLEN/SPL/PHANIE

Les jeunes ne sont pas tous rétifs à visser leur plaque dans les zones blanches. La preuve : ces sept histoires de primo-installés qui ont opté sans trop d’angoisses pour des communes situées dans des secteurs déficitaires. C’est souvent un projet ou des facteurs personnels qui ont emporté leur décision. Mais l’oiseau ne fera son nid que si l’environnement lui semble s’y prêter...

Non, ce ne sont pas des kamikazes ! Parmi les déjà peu nombreux jeunes médecins à franchir le cap de l’installation à la fin de leurs études – environ 6 000 en 2014 selon les dernières statistiques de l’Ordre toutes spécialités confondues – ces jeunes pousses de la médecine générale ont pourtant choisi des zones géographiques où l’offre de soins se réduit comme peau de chagrin. Qu’est-ce qui les a poussés à faire ce choix du désert médical au point de passer pour des médecins un peu « hors normes » ? Souvent, comme l’explique le responsable de l’organisation des soins de ville de l…

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte