Se lancer dans une CPTS, pour quoi faire ?

Publié le 19/06/2020
Les Communautés professionnelles territoriales de santé (CPTS) sont souvent vues comme des "machins" inutiles qui risquent de faire passer aux généralistes plus de temps en réunions qu’au cabinet. Il y a pourtant de nombreuses raisons de s’engager dans ces nouvelles structures. Telle est du moins l’opinion des praticiens qui se sont lancés.
CPTS

CPTS
Crédit photo : GARO/PHANIE

Le président de la République avait annoncé la couleur dans son grand discours de l’automne 2018 annonçant le plan « Ma santé 2022 » : d’ici la fin de son quinquennat, les CPTS doivent mailler l’ensemble du territoire français, l'objectif d'un millier de ces structures ayant été avancé. Sur le terrain, certains généralistes se sont lancés dans l’aventure, tandis que d’autres sont plus hésitants, ne voyant pas clairement ce que ce nouvel échelon de coordination pouvait leur apporter de bon. Et les premiers ont quelques messages à adresser aux seconds.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)