Remplaçant, collaborateur, adjoint, assistant… les statuts alternatifs à l'installation

Publié le 24/05/2019
Avant de s’installer définitivement, bien des généralistes préfèrent tâter le terrain. Pour ce faire, ils disposent d’une palette de contrats assez étendue. Remplaçant, collaborateur, médecin adjoint ou assistant… chaque option a ses avantages et ses inconvénients.
femmes médecin généralistes

femmes médecin généralistes
Crédit photo : GARO/PHANIE

Un immense plongeon dans l’océan. Telle est l’image, un brin romantique, que le jeune généraliste se fait souvent de l’installation quand il la contemple de loin. Mais plus le praticien s’approche du moment fatidique, plus il se rend compte qu’il existe des alternatives au grand saut vers l’inconnu. Il peut d’abord tremper un orteil, voire un pied, dans la vie de médecin libéral, afin de voir si c’est vraiment celle qu’il veut mener. Et une fois qu’il est sûr, il peut décider s’il a réellement envie de s’y immerger totalement.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)