Nicolas Soret, vice-président de l’APVF* : « Cette concurrence est totalement assumée par les gouvernements successifs »  Abonné

Par
Publié le 10/10/2019
NS

NS
Crédit photo : Anthony Prosper

La santé ne fait pas partie des compétences des communes. Pourquoi les maires se sont-ils emparés du sujet ?

Nicolas Soret : Nous le faisons pour une raison extrêmement simple : la demande de nos habitants. Nous répondons au constat d’une carence et d’un manque pour nos concitoyens.

On assiste aujourd’hui à une surenchère entre les communes pour attirer un médecin. Le regrettez-vous ?

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte