Courrier des lecteurs

Les jeunes ne sont pas responsables de la décrépitude de notre profession !

Publié le 31/07/2017

Je suis installé depuis huit ans, alors que le numerus clausus était encore à 3 500, nous n'avions pas alors à nous battre pour être correctement formé… Déjà, la médecine générale ne faisait plus rêver mais j'étais de ceux qui avaient parié sur une remise à plat du système qui me semblait inévitable avec un médecin généraliste mieux équipé et mieux entouré.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)