Les généralistes, davantage présents que les spécialistes, dans les quartiers prioritaires

Publié le 03/05/2016
immeuble

immeuble
Crédit photo : GARO/PHANIE

Les quartiers prioritaires abritent 1,5 fois moins de généralistes que leur agglomération. Si ce chiffre montre que les omnipraticiens sont, finalement, relativement présents, il n’en reste pas moins que ces zones souffrent de déficits en matière d’offre de soins ambulatoire. C’est ce qui ressort du rapport 2015 de l’Observatoire national de la politique de la ville (ONPV) dont les résultats ont été publiés mardi.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)