Déserts médicaux

Le déclin de la démographie médicale facteur de stress  Abonné

Publié le 25/03/2016

Même si ce n’est pas le facteur le plus mis en avant par les généralistes, la crise démographique actuelle n’a pas été sans incidence sur les rapports entre médecins et patients. Seuls 7 % de la profession tient la raréfaction des praticiens et les déserts médicaux comme sans incidence sur le colloque singulier. À l’inverse, pour la majorité des confrères, le constat est sans appel. 57 % estiment que cela a « provoqué une surcharge de demandes anxiogènes  » difficile à gérer.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte