Exercice libéral

La jeune génération prête à s’installer si elle est mieux accompagnée Abonné

Publié le 19/04/2019
La jeune génération prête à s’installer si elle est mieux accompagnée

Médecins
Adobe stock

Si dans les faits, 62 % des nouveaux inscrits au tableau ces 5 dernières années sont salariés, trois-quarts des internes envisagent une activité libérale ou mixte, selon une vaste enquête sur les déterminants à l’installation pilotée par l’Ordre. La volonté de visser sa plaque demeure mais la jeune génération peine à se lancer à cause des contraintes trop fortes du libéral et du risque financier. Plus que les aides incitatives, un accompagnement dès l’internat pour construire un projet professionnel en ville permettrait de changer la donne.

Qui a dit que les jeunes praticiens ne voulaient pas s’installer ? Une étude* présentée la semaine passée par la Commission jeunes médecins de l’Ordre révèle que trois-quarts des internes envisagent une activité libérale ou mixte contre 19 % un salariat. Plus d’un interne sur deux prévoit même une installation dans les trois ans. Seulement dans les faits, cinq ans après l’internat, 62 % des nouveaux inscrits à l’Ordre se retrouvent salariés, 23 % remplaçants et seulement 12 % libéraux (voir p. 11). Comment expliquer ce décalage ? Si l’autonomie que laisse entrevoir le libéral…

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte