Faut-il craindre les poursuites et comment s'en prémunir ?

Publié le 23/11/2018
Les généralistes ne peuvent plus se croire à l’abri de la judiciarisation croissante de l’exercice médical. Leur rôle central dans le parcours de soins les expose de plus en plus fréquemment aux plaintes de patients et à leurs conséquences judiciaires. D'où l'importance de réduire les risques en assurant l'« après-consultation » et la traçabilité des différents examens.
Médecin et avocat

Médecin et avocat
Crédit photo : VOISIN/PHANIE

Justice pénale, justice civile, instances ordinales et autres commissions de conciliation et d’indemnisation font de plus en plus partie de l’exercice de la médecine générale. Un médecin de famille sur deux verra en effet sa responsabilité mise en cause au cours de sa carrière. Telle est l’estimation de Nicolas Gombault, directeur général délégué de la MACSF, assureur leader des professionnels de santé.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)