Comment gérer ses déchets de soins ?

Publié le 18/10/2019
En France, les professionnels de santé produisent 170 000 tonnes par an de déchets de soins, selon le dernier rapport sur le sujet de l’Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe). Or, ces déchets issus des activités de diagnostic, de suivi et de traitement, présentent potentiellement un risque infectieux, chimique ou radioactif. Leur élimination est donc strictement encadrée. Quelles sont les obligations des médecins ? Comment y répondre ? Explications.
déchets médicaux

déchets médicaux
Crédit photo : GARO/PHANIE

On ne rit pas avec les Dasri ! La gestion des déchets d'activités de soins à risques infectieux se pose aux médecins généralistes dès leur début de leur exercice. Elle est encadrée par une réglementation très stricte, les Codes de l’environnement et de la Santé publique, dans le but de protéger les utilisateurs, les personnes au sein du processus de tri mais aussi d'être respectueuse de l’environnement.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)