CSMF : le Dr Jean-Paul Ortiz officialise sa candidature et lance sa campagne

Publié le 05/02/2014

Crédit photo : dr

C’était un secret de polichinelle et c’est désormais officiel. Le Dr Jean-Paul Ortiz a rendu public lundi sa candidature à la présidence de la CSMF. Ce néphrologue installé à Perpignan l’a fait par courrier auprès de ses pairs de la Conf’ lundi 4 février : "Je peux faire le trait d’union entre le terrain, la région et les enjeux nationaux", estime celui qui est à la fois président de l’URPS Languedoc-Roussillon et chef de file du syndicat des médecins intervenant en cliniques (SYMPHOP).

Jean-Paul Ortiz -qui affrontera donc Jean-François Rey le 22 mars prochain- place sa candidature sous le signe de la continuité, mais aussi de la "modernité". "Je suis à la CSMF parce que fondamentalement attaché au paiement à l’acte et très attaché aussi aux relations conventionnelles nationales", souligne ce médecin qui s’affiche en phase avec le projet confédéral adopté il y a quelques semaines tout juste.

Pour autant, il fait entendre sa différence en poussant deux idées forces pour construire l’avenir de la médecine libérale. "Regroupement" des médecins, d’abord, car celui qui brigue la succession de Michel Chassang pense que le cadre d’exercice collectif et souvent pluridisciplinaire est appelé à se développer dans les années à venir et qu’il faut l’accompagner. "Territorialité" ensuite, car s’il proteste de son attachement à "un cadre conventionnel national, qui protège la médecine libérale", le Dr Ortiz imagine volontiers que demain des professionnels regroupés comme offreurs de soins puissent contractualiser avec les ARS au plan régional. Pour le reste, il insiste sur la nécessité de revaloriser l’acte médical et de la diversifier. Et il plaide pour une amélioration de la protestion sociale de ses confrères.


Source : legeneraliste.fr