Coronavirus : un tiers des patients aurait renoncé à des soins pendant l'épidémie selon Doctolib

Par
Publié le 16/04/2020
Salle attente vide

Salle attente vide
Crédit photo : GARO/PHANIE

Depuis plusieurs semaines, les médecins généralistes alertent sur la baisse de fréquentation de leurs cabinets pendant la crise sanitaire. Doctolib, leader de la prise de rendez-vous en ligne, vient confirmer cette tendance dans une enquête se basant sur l'activité de son site entre janvier et avril 2020 (125 000 professionnels de santé). D'après ces chiffres, l'activité des médecins généralistes aurait chuté de 44 % sur cette période, ce qui rejoint les chiffres avancés par le directeur de l'Assurance maladie Nicolas Revel ce mercredi devant les sénateurs. Ce dernier estimait cette baisse à 40 %.

Les autres spécialités enregistreraient pour leur part une baisse de 71 % selon Doctolib. « La baisse est encore plus forte chez les autres professionnels de santé, en particulier les chirurgiens-dentistes (- 95 %), les masseurs-kinésithérapeutes (- 96 %) et les podologues (-96 %) », indique l'enquête.

La peur d'être contaminé premier motif invoqué

Le site a également interrogé les patients sur les motifs de non-déplacement au cabinet. Un sondage réalisé les 14 et 15 avril auprès de 4 000 patients de Doctolib révèle que plus d'un tiers des patients (35 %) ont renoncé au moins une fois à consulter depuis le début de l'épidémie. Pour quelles raisons ? La peur d'être contaminé est le premier motif invoqué (38 %), suivi de la crainte de déranger le médecin dans la période épidémique (28 %) et la fermeture du cabinet (17 %). 

Face à ces constats, Doctolib va lancer une vaste campagne d'information auprès des patients et des professionnels pour leur indiquer l'organisation des consultations pendant la crise sanitaire. Le site va notamment permettre à ses utilisateurs médecins « de communiquer à leurs patients sur la nécessité de continuer à se faire soigner » et va adresser un mail à 33 millions d'utilisateurs patients pour les sensibiliser à la nécessaire continuité des soins.


Source : legeneraliste.fr