Coronavirus : pour gagner la « guerre », Macron consigne les Français et ferme les frontières

Par
Publié le 16/03/2020
Macron

Macron
Crédit photo : Capture d'écran Elysée

Quatre jours après l'annonce de premières mesures fortes, Emmanuel Macron a annoncé ce lundi « limiter les déplacements au strict nécessaire » à compter de ce mardi midi pour 15 jours au moins pour lutter contre l'expansion du coronavirus en France. Il s'agit de limiter au maximum ses contacts au-delà du foyer, a précisé le chef de l'État, lors d'une allocution télévisée. « Seuls doivent demeurer les trajets nécessaires », a précisé le président de la République, pour se soigner, faire ses courses ou encore « aller au travail quand le travail à distance n'est pas possible ». « Toute infraction à ces règles sera sanctionnée », a-t-il prévenu.

« Sans signe grave, contactons notre médecin traitant, a exhorté Emmanuel Macron. N’appelons le Samu et ne nous rendons à l’hôpital qu’en cas de forte fièvre, de difficulté à respirer, sans quoi, ils ne pourront faire face à la vague de cas graves qui déjà se profile dans certaines régions. »

En lien avec le confinement, Emmanuel Macron a annoncé le report du 2e tour des élections municipales (sans confirmer la date du 21 juin évoquée dans la journée) et le report des réformes en cours comme celles des retraites.

« Nous sommes en guerre, en guerre sanitaire, a décrit le chef de l'État. L'ennemi est là, insaisissable, et il progresse. » Ce lundi soir, 6 633 cas avaient été détectés en France (1 200 nouveaux cas), l'épidémie ayant déjà entraîné la mort de 148 personnes.

L'armée en renfort

Emmanuel Macron a annoncé qu'un hôpital de campagne du service de santé des armées allait « être déployé dans les jours à venir en Alsace » pour venir en aide aux hôpitaux de la région Grand Est, débordés par l'épidémie du coronavirus.

Les armées apporteront aussi leur concours pour « déplacer les malades des régions les plus affectées », a précisé le président de la République. Alors qu'il n'avait jusqu'à pas évoqué directement jeudi la question des protections des professionnels de santé, Emmanuel Macron a annoncé la distribution de masques dans les pharmacies à partir de mardi aux personnels hospitaliers et aux médecins de ville et de campagne en priorité dans les « 25 départements les plus touchés », les autres départements devant être servis à partir de mercredi. « Nous avons décidé avec les scientifiques de réserver les masques en priorité pour l’hôpital et pour la médecine de ville et de campagne, en particulier, les généralistes, les infirmières, désormais en première ligne aussi dans la gestion de la crise », a-t-il annoncé.

Taxis et hôtels, tous frais payés pour les professionnels

Pour venir en aide aux professionnels de santé mobilisés contre cette crise sanitaire, le président de la République a rappelé qu'un service minimum de garde de leurs enfants était à ce jour en place dans les crèches et dans les écoles. « Nous leur devons aussi sérénité dans leurs déplacements et repos, a ajouté le président. C'est pourquoi j'ai décidé que dès demain des taxis et des hôtels pourront être mobilisés à leur profit, l'État paiera. Nous sommes en guerre, oui », a lancé le président.

En plus de la mesure de confinement des Français, Emmanuel Macron a annoncé que les frontières à l'entrée de l'Union européenne et de Schengen seraient fermées dès mardi midi.


Source : legeneraliste.fr