Terrorisme

Après les attentats, chez les confrères parisiens...  Abonné

Publié le 20/11/2015

Si le rôle des professionnels de santé a été salué à la suite des attentats, les généralistes ont été peu sollicités ce soir-là. C’est dans l’après 13 novembre que leur implication prend tout son sens.

attentats

attentats
Crédit photo : Phanie

« Nous, on n’est pas chirurgiens, le soir même on n’aurait pas pu faire grand-chose. Notre aide on l’apporte depuis nos cabinets aujourd’hui en faisant ce qu’on sait faire. » Généraliste dans le XVIIIe et responsable de MG 75, Agnès Gianotti résume le sentiment général chez ses confrères. Si le « plan blanc » a été déclenché de vendredi à lundi, le dispositif ne concerne en effet pas directement les généralistes, d'ailleurs de moins en moins nombreux dans la capitale.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte