Ostéoporose

Vingt ans après, la DMO a-t-elle tenu ses promesses ?  Abonné

Publié le 16/01/2015
Cette année encore, le Congrès français de rhumatologie a accordé une large place aux rhumatismes inflammatoires. Mais cette 27e édition a aussi été l’occasion de revenir sur 20 ans de DMO et de souligner les limites de la méthode. Et, enfin, de présenter les toutes premières recommandations cliniques dédiées au chikungunya.

Crédit photo : VOISIN/PHANIE

En 1994, l’OMS a fait de la DMO l’examen de référence pour l’évaluation du risque fracturaire. Vingt ans plus tard, force est de constater les limites de la méthode. Et si cet examen reste un outil clé dans l’évaluation du risque, il ne décrit pas l'ensemble du syndrome ostéoporotique. Et, en 2014, on ne peut plus résumer l'ostéoporose à la DMO. Ni traiter sur cette base seule.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte