VIH, la PrEP n’est pas qu’une affaire de spécialistes  Abonné

Publié le 20/03/2020

Introduite en France à partir de 2016, la prophylaxie pré-exposition du VIH (PrEP) se diffuse peu à peu dans l’Hexagone. En juin 2019, 20 478 personnes avaient initié une PrEP, soit le double par rapport à l’année précédente selon l’ANSM. Réservée jusqu’à présent à certains spécialistes, la prescription initiale devrait bientôt être accessible au généraliste. Pour le moment, la PrEP est initiée à 90 % à l’hôpital et à 10 % dans les centres gratuits d’information, de dépistage et de diagnostic (CeGIDD). Le renouvellement est effectué majoritairement (dans 85 % des cas) à l’hôpital.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte