Iatrogénie

Valproate de sodium et grossesse, pas si simple…  Abonné

Par
Bénédicte Gatin -
Publié le 16/09/2016
Malformations, retard neurodéveloppementaux, voire même autisme. Au fil des ans le valproate de sodium s’est révélé particulièrement nocif pour les enfants exposés in utero. Et désormais, associations de patient, autorités sanitaires et ministère dénoncent en chœur son utilisation trop large chez la femme enceinte. Mais pouvions nous mieux faire ? Et peut-on se passer si facilement du valproate.
DEPAKINE

DEPAKINE
Crédit photo : GARO/PHANIE

Mises en cause devant la justice, restriction drastique des conditions de prescription, rapport à charge de l’Igas, publications de chiffres alarmants par l’ANSM. Depuis 2014, les spécialités à base de valproate de sodium (Dépakine®, Dépakote®, Dépamide®, Micropakine® et génériques) sont  sur la sellette pour leur iatrogénie chez le fœtus.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte