Vaccination sous immunomodulateurs, les recos encouragent les vaccins inactivés  Abonné

Publié le 14/09/2018

Devant une pathologie auto-immune traitée par immunosuppresseurs, le dilemme est de protéger d’infections volontiers plus fréquentes et plus graves chez ces patients tout en tenant compte des différences dans la réponse immunologique.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte