Vaccin contre l’Hépatite B : que faire chez les non répondeurs ?

Publié le 20/01/2015

Crédit photo : SPL/PHANIE

Le Haut Conseil de la Santé Publique vient de publier un avis sur la conduite à tenir lors d’une non réponse à la vaccination contre l’hépatite B. En effet, les conditions de satisfaction de l’obligation vaccinale vis-à-vis de l’hépatite B chez les professionnels de santé ayant été récemment modifiées, il est apparu que la définition du non-répondeur à la vaccination contre l’hépatite B devait être précisée et que la possibilité d’utiliser des schémas alternatifs dans cette circonstance devait être évaluée.

Ainsi, le HCSP recommande tout d’abord que le contrôle du titre des anticorps anti-HBs après vaccination contre l’hépatite B soit limité aux situations suivantes :

- personnes qui, dans le cadre d’activités professionnelles ou bénévoles, sont susceptibles d’être en contact direct avec des patients et/ou d’être exposées au sang et autres produits biologiques ;

- sujets susceptibles de recevoir des transfusions massives et/ou itératives ou des médicaments dérivés du sang (hémophiles, dialysés, insuffisants rénaux...) ;

- candidats à une greffe d’organe, de tissu ou de cellules ;

- partenaires sexuels d’une personne infectée par le virus de l’hépatite B

- personnes immunodéprimées.

La non réponse à la vaccination contre l’hépatite B est définie par un titre d’Ac anti-HBs<10 UI/l 4 à 8 semaines après la dernière injection du schéma vaccinal complet (M6 ou M12 selon le schéma vaccinal), après s’être assuré de l’absence de portage chronique par le contrôle de l’AgHBs et de l’Ac anti-HBc.

Le HCSP prône ensuite qu’en cas de non-réponse à un schéma standard correctement réalisé chez les personnes immunocompétentes et après s’être assuré de l’absence de portage chronique (contrôle de l’Ag HBs et de l’Ac anti-HBc), soit pratiquée(s) 1 à 3 injections supplémentaires de vaccin (jusqu’à 6 injections au total) suivie chacune d’un dosage des anticorps 4 à 8 semaines plus tard. L’obtention d’un taux d’anticorps ≥ 10 UI/l fera interrompre la procédure.

Enfin le Haut comité préconise que dans les situations d’immunodépression et de l’hémodialysé, des schémas vaccinaux spécifiques en primo-vaccination soient privilégiés, selon les recommandations du rapport vaccination des immunodéprimés du HCSP (http://www.hcsp.fr/Explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=322)

Dr Alain Dorra

Source : legeneraliste.fr