Douleur

Une sémiologie d’emprunt à décrypter  Abonné

Publié le 21/11/2014
Si son expression diffère de celle ressentie par les plus jeunes, la douleur ne doit surtout pas être minimisée chez les personnes âgées. Ses conséquences sur la qualité de vie, l’état fonctionnel et les troubles cognitifs étant majeures.

Crédit photo : MAURO FERMARIELLO/SPL/PHANIE

Certaines personnes âgées le clament elles-mêmes : « à partir d’un certain âge, si on n’a pas mal quelque part, c’est qu’on est mort ! », tant la douleur est fréquente chez le senior, sans conteste liée au plus grand nombre de pathologies à cet âge.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte