Hypertrophie bénigne de la prostate

Une pathologie bénigne, mais pas toujours anodine  Abonné

Publié le 21/11/2014
L’hypertrophie bénigne de la prostate est extrêmement fréquente, puisque 90 % des hommes de plus de 80 ans présentent des lésions histologiques bénignes de cette affection. Le bilan initial vise à repérer les formes compliquées qui devront faire demander un avis urologique avant instauration d’un traitement.

Crédit photo : ZEPHYR/SPL/PHANIE

Le principal facteur de l’HBP est l’avancée en âge. L’hypertrophie bénigne de la prostate (HBP), très fréquente chez les hommes âgés est une source fréquente de symptômes urinaires, d’inconfort, de troubles du sommeil et d’altération de la qualité de la vie. Elle est le plus souvent révélée par des troubles mictionnels, mais elle doit être évoquée devant des mictions par regorgement voire des formes évoluées comme une insuffisance rénale.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte