Une ONG donne la parole aux victimes de pesticides

Publié le 21/04/2016
pesticides

pesticides
Crédit photo : DAVID THURBER/AGSTOCKUSA/SPL/PHA

"J'habite à moins de 50 mètres d'une vigne avec des pulvérisations plusieurs fois par semaine. Nous ressentons des maux de tête et une fatigue répétée après les épandages"... "Les allergies de notres fils se sont déclarés depuis que nous habitons cette maison"..."Après les pulvérisations, nous ressentons des problèmes respiratoires, des irritations et des démangeaisons. Mon père est décédé d'un lymphome"... "L'odeur est très désagréable et irritante"...

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)