Une naissance par jour affectée par l’alcoolisation foetale

Publié le 04/09/2018
Alcoolisation foetale

Alcoolisation foetale
Crédit photo : VOISIN/PHANIE

Anomalies du fonctionnement cognitif, troubles du développement intellectuel, des apprentissages et/ou du comportement, retards de croissance : 3207 enfants sont nés en France entre 2006 et 2013  porteurs des séquelles de la consommation d’alcool de leurs mères pendant qu’elle était enceinte. Des troubles, plus ou moins associés selon les cas, qui « ne se traduisent pas en mortalité mais induisent tous des morbidités importantes et une vulnérabilité à vie » rappelle le Dr David Germanaud, neuropédiatre à l’hôpital Robert-Debré.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)