Une étude du BMJ remet l'accent sur le risque cognitif des anticholinergiques

Par
Publié le 26/04/2018
MMSE

MMSE
Crédit photo : APHP-BROUSSE/PHANIE

La prise d’anticholinergiques est associée à un risque accru de démence, rappelle une étude publiée dans le BMJ par des chercheurs britanniques, qui insiste toutefois sur l’impossibilité de conclure à un lien de cause à effet.

De nombreuses études ont en effet rapporté un lien entre l'utilisation d'anticholinergiques et le déclin cognitif et la démence, sans qu’il soit clairement établi si cet effet est dû aux médicaments eux-mêmes ou aux conditions sous-jacentes justifiant cette prescription.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)