Apnée du sommeil

Un traitement assujetti à l’observance  Abonné

Publié le 01/03/2013

?Au cours des quatre premiers mois, 20 à 33 % des patients traités pour apnée du sommeil interrompent leur traitement. Lourdeurs techniques, contraintes trop fortes ou manque de motivation à poursuivre, il reste compliqué de s’astreindre à la pression positive continue (PPC) mais la donne a changé et l’on va vers des conditions de prises en charge plus strictes soumises au respect d’une certaine observance. En effet, le 16 janvier est paru un arrêté modifiant les modalités d’utilisation de la pression positive continue.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte