Autour du film

Un saut dans la vie  Abonné

Publié le 03/04/2015

Dans le gymnase d’un petit aérodrome, ils sont cinq séropositifs, entre 20 et 45 ans, et ils se préparent à leur premier saut. Durant les séances d’instruction, les pauses repas, ils se confient, en toute franchise. De cette complicité précieuse qu’a réussi à créer Vincent Boujon en les faisant vivre ensemble durant la semaine du tournage, naissent des confidences, des aveux… La solitude recule. Le saut dans le vide qu’ils préparent devient métaphorique. Dans la vie comme dans le sport, le « risque zéro » n’existe pas.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte