Patient coronarien ou artéritique

Un mauvais ménage avec l’asthme  Abonné

Publié le 21/11/2014

La prise d’aspirine est déconseillée chez l’asthmatique car elle joue un rôle dans le déclenchement des crises. Les asthmes tardifs sont, de plus, souvent des asthmes intrinsèques qui peuvent être associés à une intolérance à l’aspirine et à une polypose naso-sinusienne dans le cadre de la triade de Widal. « Lorsque l’aspirine est indiquée chez un coronarien ou un artéritique, on peut faire une induction de tolérance, en donnant des doses progressivement croissantes sous contrôle du VEMS ou du DEP », explique le Dr Fry.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte