Un lien statistique observé entre consommation d’IPP et survenue d’infarctus du myocarde

Publié le 11/06/2015

Crédit photo : LAGUNA DESIGN/SPL/PHANIE

Selon une étude parue dans la revue américaine Plos One, la consommation d’inhibiteurs de la pompe à protons (IPP) serait soupçonnée d’augmenter le risque d’infarctus du myocarde. L’analyse de dossiers médicaux électroniques de près de trois millions de personnes montre que la baisse du pH gastrique induite par ces molécules pourrait être liée à un accroissement de 16 à 21 % du risque de crise cardiaque.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)