Un impact cardiovasculaire très marqué chez les jeunes  Abonné

Publié le 05/06/2020

Le BEH publié à l’occasion de la Journée mondiale sans tabac met aussi l’accent sur l’impact cardiovasculaire du tabagisme. En 2015, 21 % des séjours hospitaliers pour une pathologie cardiovasculaire en France (250 000 au total) étaient attribuables au tabac, avec un impact du tabagisme proportionnellement plus élevé chez les jeunes. Contrairement au cancer du poumon ou à la BPCO, qui ont plutôt tendance à survenir dans la durée, l’impact cardiovasculaire du tabac apparaît très tôt.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte