Survie ou qualité de vie

Un choix cornélien  Abonné

Publié le 01/02/2013

Le Dr François Delahaye (Lyon) a expliqué qu’il restait difficile d’arbitrer entre la survie et la qualité de vie en terme d’objectif thérapeutique. La Support Study sur 1404 patients a montré que deux tiers des malades jugeaient leur qualité de vie insatisfaisante. Plus de 50 % préféraient une diminution des douleurs et de l’inconfort à une augmentation de la durée de vie. Mais, la question n’est pas si tranchée. « Plus ils sont symptomatiques plus ils sont prêts à échanger du temps contre la qualité de vie » note le cardiologue.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte