Néphrologie

TRAQUER L'INSUFFISANCE RÉNALE  Abonné

Publié le 16/10/2009

Dépistée et traitée au stade initial, elle peut régresser. L’application correcte des recommndataions de la HAS permettrait de dépister 75% des néphropathies.

Tous les patients à risque cardiovasculaire sont à haut risque rénal.

L’insuffisance rénale chronique reste très longtemps asymptomatique. Elle est mal connue des médecins et des patients, son caractère asymptomatique la faisant considérer à tort comme peu grave. Pourtant au stade débutant, son évolution peut être freinée, voire stoppée et elle peut même régresser.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte