Traitement de la scoliose, le préjudice du temps perdu Abonné

Publié le 25/10/2019
Traitement de la scoliose, le préjudice du temps perdu

scol
VOISIN/PHANIE

Pas de sursis en pédiatrie Scoliose, fractures évocatrices de maltraitance, etc. : les 54e journées parisiennes de pédiatrie ont abordé plusieurs situations qui imposent de réagir vite, sous peine de conséquences irréversibles pour l’enfant.

« Pas d’ostéopathie, pas de podologue, pas de kiné, c’est du temps perdu ! » Lors des journées parisiennes de pédiatrie (4-5 Octobre 2019), le Dr Yan Lefevre (hôpital Pellegrin, Bordeaux) a appelé à ne pas tergiverser si une scoliose est suspectée chez l’enfant et à enclencher d’emblée une démarche diagnostique adaptée. À cela plusieurs raisons : d’une part, si elle est peu évolutive chez l’enfant, la scoliose peut s’aggraver rapidement lors de la croissance à l’adolescence. D’autre part, si le traitement est le corset jusqu’à un angle de 40 degrés, au-delà, la solution…

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte