Addictologie

Tabac, le sevrage sinon rien  Abonné

Publié le 01/12/2017
Tabac, le sevrage sinon rien 

Mégot écrasé
DANIEL SAMBRAUS,THOMAS LUDDINGTON/SPL/PHANIE

Plusieurs spécialistes l'ont souligné lors du congrès annuel de la Société francophone de tabacologie : en matière de tabac, la seule diminution des consommations ne semble pas suffir à réduire les risques de façon conséquente et l’arrêt total doit rester la règle. En revanche, le concept de sevrage plus progressif avec pré-traitement fait peu à peu son chemin.

Très en vogue et reconnue en alcoologie, la stratégie de « réduction des risques » par la diminution des consommations n’a pas fait ses preuves en tabacologie, comme l’ont expliqué plusieurs intervenants à l’occasion du congrès annuel de la Société francophone de tabacologie (Paris, du 16 au 17 novembre). Alors que certains patients espèrent alléger leur facture santé en diminuant leur consommation tabagique plutôt que d’arrêter la cigarette, les données de la littérature montrent qu’une réduction – même supérieure à 50 % – ne suffit pas à faire…

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte