Addictologie

Tabac et fonctions cognitives  Abonné

Publié le 23/01/2009
La nicotine inhalée possède des effets positives sur un certain nombre de fonctions cognitives. Elles sont importantes à considérer chez les fumeurs, car elles expliquent certains troubles observés lors de l’arrêt du tabac, causes possibles de rechute s’ils ne sont pas pris en charge.

Malgré la nette réduction du tabagisme en France, il s’est constitué progressivement un « noyau dur » de fumeurs, très dépendants, chez lesquels existe une vulnérabilité psychologique, caractérisée par des troubles de l’attention et de l’équilibre émotionnel. La nicotine, présente dans la feuille de tabac, a des propriétés addictives puissantes ; la fumée provenant d’une cigarette est inhalée et arrive rapidement dans le cerveau, où elle se fixe sur des structures spécifiques, les récepteurs nicotiniques à l’acétylcholine (RNAch).

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte