Eular 2019

Rhumato, est-ce-qu'on en fait trop ? Abonné

Publié le 06/09/2019
Rhumato, est-ce-qu'on en fait trop ?

rhumato
PIXOLOGICSTUDIO/SPL/PHANIE

Alors que les thérapies ciblées vont de succès en succès en rhumatologie, le congrès européen de la discipline (Eular, Madrid, 12-15 juin) a été l’occasion d’interroger les pratiques. Sans faire machine arrière, les spécialistes pointent le risque de surenchère diagnostique ou thérapeutique dans certaines pathologies comme la spondylarthrite, la PR, le rhumatisme psoriasique et même l’hyperuricémie.

Spondylarthrite : les experts alertent sur le risque de surdiagnostic Du fait de définitions assez mouvantes des maladies et des progrès de l’imagerie, la rhumatologie est propice au surdiagnostic. Ce d’autant qu’avec l’avènement des thérapies ciblées, le paradigme actuel est de traiter « vite et fort » même si les formes modérées ne deviennent pas obligatoirement sévères en l’absence de traitement. L’exemple le plus typique est celui de la SpA (spondylarthrite ankylosante). En 1984, le diagnostic nécessitait un critère radiologique (sacro-iliite bilatérale de grade ≥ 2 ou…

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte