A RETENIR  Abonné

Publié le 14/01/2011

• La puberté précoce centrale est fréquente chez la fille et le plus souvent idiopathique.

• La puberté précoce centrale est plus rare chez le garçon, mais le plus souvent secondaire à une maladie sous jacente ou une lésion cérébrale.

• Toute puberté précoce centrale identifiée justifie une imagerie cérébrale par IRM.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte