Pneumologie

Repenser la prise en charge des pneumopathies  Abonné

Publié le 11/11/2016
Le vieillissement de l’appareil respiratoire se traduit par une diminution de l’élasticité pariétale avec réduction de la capacité vitale, des débits expiratoires et de l’efficacité de la toux. Chez cette population âgée et fragile, les surinfections broncho-pulmonaires et les décompensations de BPCO sont très fréquentes. Elles sont à l’origine d’importants phénomènes épidémiques et sont responsables d’une mortalité élevée. Leur diagnostic est compliqué, car la sémiologie est atypique. La malnutrition compromet le rétablissement du patient.
33 - Ouverture

33 - Ouverture
Crédit photo : SCIENCE SOURCE/PHANIE

En Ehpad, la distinction classique entre pneumopathie, bronchite aiguë, surinfection de bronchite chronique ou syndrome grippal est souvent difficile. Les signes et symptômes pour établir une telle classification sont peu sensibles et peu spécifiques en dehors de l’hôpital, et l’absence habituelle de plateau technique en Ehpad rend difficile le diagnostic d'infection respiratoire. De plus, l’épidémiologie bactérienne de ces infections est souvent comparable.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte