Pédiatrie

QUID DE LA KINÉSITHÉRAPIE DANS LA BRONCHIOLITE ?  Abonné

Publié le 11/05/2012
L’affection respiratoire virale est généralement bénigne, spontanément résolutive en une dizaine de jours. La kinésithérapie dans cette indication est remise en cause.

Crédit photo : ©BURGER/PHANIE

Victor, 14 mois, né à terme, gardé par une assistante maternelle, se porte habituellement comme un charme. Sa maman, professeur des écoles, a téléphoné au médecin généraliste il y a trois jours, pour des symptômes de rhinopharyngite accompagnés d’une température 37,8°C. Il lui a conseillé des lavages du nez, l’administration de paracétamol, des apports hydriques suffisants et un suivi sur un ou deux jours. Aujourd’hui, Victor est encombré, il tousse et sa température reste supérieure à 37,5 °C.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte