Quelques situations particulières  Abonné

Publié le 11/02/2011

• En pratique quotidienne, le glaucome doit être dépisté, via un bilan ophtalmologique, chez les sujets à risque (histoire familiale de glaucome, myopie importante, diabète).

• L'atrophie cutanée, non répertoriée dans la littérature pour les faibles doses de corticoïdes, ne constitue pas un élément à surveiller. De plus, elle n'est pas prévisible et n'est accessible à aucun traitement.

• La surveillance d'éventuelles infections ne fait pas l'objet de recommandations particulières. Même chose pour les troubles de l'humeur.


Source : Le Généraliste: 2552