Allergologie

QUELLE PLACE POUR L’AUTO-ADMINISTRATION D’ADRÉNALINE EN CAS DE RÉACTION ANAPHYLACTIQUE ?  Abonné

Publié le 15/03/2013
Le choc anaphylactique est rare. Sa survenue peut engager le pronostic vital. L'injection d'adrénaline peut être requise. Des seringues permettant une auto-administration d'adrénaline sont disponibles. Quelle place faut-il leur accorder ?

Le choc anaphylactique est déclenché par des médiateurs libérés par les basophiles et cellules mastocytes. Ils provoquent une vasodilatation, une contraction des muscles lisses, une augmentation de perméabilité vasculaire et une stimulation vagale. Œdème, urticaire, bronchoconstriction et hypotension sont les conséquences de ces phénomènes. Les atteintes respiratoires et hémodynamique font la gravité de l'épisode anaphylactique. Le choc peut conduire au décès.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte