Quand thérapie génique rime avec pace maker biologique

Publié le 18/07/2014

Utilisée la thérapie génique pour transformer des cardiomyocytes en tissu sinusal. Telle est la piste explorée avec succès par une équipe américano-taiwanaise pour créer un « pace maker biologique ».

La technique a été testée chez l’animal avec de premiers résultats encourageants selon un article publié dans la revue Science Translational Medicine. Les chercheurs ont injectés en intracardiaque, chez des cochons en bloc complet, le gène TBX18 lequel permet de reprogrammer des cellules cardiaques non spécialisées en cellules sinusales. La manœuvre a permis une augmentation de la fréquence cardiaque dès le 2ème jour ainsi qu’une amélioration de la réponse chronotrope à l’activité physique . « Nous avons crée un nouveau nœud sinusal » se sont félicités les chercheurs qui espèrent pouvoir à terme appliquer leur découverte à l’homme.


Source : legeneraliste.fr