Quand l'endocrinologie mime la rhumatologie  Abonné

Publié le 22/11/2013

« La symptomatologie musculo-squelettique est fréquente dans les pathologies endocriniennes ou métaboliques, et certaines formes peuvent en imposer pour des lésions rhumatismales », avertit Jonathan Graf (États-Unis). Le diabète est impliqué via la toxicité directe de l'hyperglycémie responsable d'une fibrose, mais aussi via les lésions de la neuro- et vasculopathie. L'hyperostose vertébrale engainante ou DISH (Diffuse Idiopathic Skeletal Hyperostosis) , longtemps considérée comme asymptomatique et rare serait sous-estimée et potentiellement handicapante.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte