Pathologies duelles

Quand l’alcool éclipse les troubles psychiatriques Abonné

Publié le 27/03/2020
Quand l’alcool éclipse les troubles psychiatriques

alcool
Aleksey 159 - stock.adobe.com

C’est autour du thème « Alcoologie, addictologie : nouvelles pratiques, nouveaux acteurs, nouveaux enjeux » que se sont tenues, mi-mars, les Journées de la Société française d’alcoologie. Que ce soit en s’intéressant aux intrications fortes entre pathologies mentales et mésusage de l’alcool – qualifiés désormais de « pathologies duelles » – ou en se penchant sur les interventions de soins primaires, cette édition 2020 avait pour objectif de sortir du sérail de l’alcoologie classique pour se tourner vers d’autres disciplines et d’autres approches.

On estime qu’un patient abusant de l’alcool sur deux souffrirait d’une pathologie psychiatrique. Or celles-ci sont souvent sous-estimées (l’alcool modifiant et masquant leur expression), et sous traitées (la prise en charge se focalisant généralement sur le sevrage en alcool). Très en vogue en psychiatrie depuis quelques années, le concept de pathologies duelles cherche à casser cette tendance en « officialisant » la coexistence morbide d'un ou plusieurs troubles psychiatriques et d'une ou plusieurs addictions, chez un même patient, avec apparition d’interactions entre les deux …

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte