Quand contraception rime avec introspection  Abonné

Publié le 04/11/2016

Crédit photo : GARO/PHANIE

 Si la crise sanitaire sur les pilules de 3e et 4e génération (P3G et P4G) et son traitement médiatique ont pu inquiéter le grand public, les médecins généralistes (MG) semblent l’avoir vécu de façon plutôt sereine et constructive. Tel est l’enseignement d’une étude conduite par François Carbonnel et al. et publiée récemment dans la revue Médecine*.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte