Rhumatologie

Près d’un Français sur dix concerné par la goutte  Abonné

Publié le 20/06/2014

Perçue à tort comme une pathologie uniquement articulaire avec une succession d’accès aigus, la goutte est une pathologie chronique multi-systémique secondaire à une hyperuricémie chronique. Sa prévalence en France vient d’être évaluée grâce à l’étude « Equipage ».

La définition n’a cessé d’évoluer ces dernières années. D’une caractérisation uniquement axée sur la crise articulaire et l’aspect inflammatoire, on parle aujourd’hui d’une maladie chronique multisystémique. En l’absence de prise en charge adaptée, la goutte peut être responsable d’une atteinte polyarticulaire destructrice, très invalidante pour le patient. Au niveau rénal, néphropathie uratique aiguë, de lithiases rénales et/ou de néphropathie goutteuse exposant les patients au risque d’insuffisance rénale.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte