Pratique ambulatoire : les chirurgiens vasculaires dénoncent le retard français

Publié le 28/04/2016
ambu

ambu
Crédit photo : BURGER/PHANIE

« La chirurgie ambulatoire peine  à devenir majoritaire en France  puisque son taux avoisine les 45%,  ce qui est inférieur à celui en vigueur dans la plupart des pays occidentaux ». C’est ce que déclare la société de chirurgie vasculaire et endovasculaire de langue française (SCVE), dans un communiqué daté du 28 avril. Ce seuil est également en dessous des objectifs  fixés par les pouvoirs publics. En effet, en 2014, Marisol Touraine, déclarait vouloir atteindre en 2016 un taux d’interventions pratiquées en ambulatoire de plus de 50%.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)